Séance #4 — 22/04/2022

 

Être à l’écoute : Auralité, émotion et réaction

Dans cette quatrième séance, nous nous pencherons sur la dimension corporelle de l’écoute, plus précisément sur son potentiel inducteur d’émotion et d’action. La tradition platonicienne attribuait à telle musique, tel effet marquant sur le corps, l’âme et le caractère, mais même sans s’aventurer sur ce terrain, on sait tous, encore aujourd’hui, combien certains sons, certaines voix alertent, impressionnent, saisissent, terrifient, séduisent ou apaisent… La ville, le champ de bataille, la salle d’audience, l’église, la salle de concert, le palais… sont autant de scènes investies par l’auralité. Acteurs politiques, prédicateurs, avocats, condamnés … tous cherchent à interpeller l’Autre, à capter son attention, à susciter une réaction ou tout simplement à exister à côté de lui. Écouter, c’est risquer d’être subjugué, dominé, exalté,  stimulé ou inquiéter. C’est aussi prendre conscience de la présence de quelque chose ou quelqu’un qui pénétre dans l’espace, et l’identifier, le situer, réagir à sa présence. De fait, l’espace vécu est un espace d’écoute, qui peut être unifié, électrisé, ému ou terrorisé par certains sons, qui déclenchent une réaction, soit par leur sonorité-même, soit par leur émetteur dont ils manifestent la présence. Cette chaîne de réaction fonctionne d’ailleurs autant en vrai, sur le moment, que bien plus tard, dans la fixation des souvenirs, et dans leur convocation, notamment pour une mise en récit.

 

Cette séance se tiendra en hybride, en salle Paul-Albert Février et sur Zoom

ID de réunion : 826 5834 2083

Code secret : 662687

 

direction : Laure Verdon

 

– Jérémy Clément (MCF, ArScAn, CNRS-Université de Paris Ouest Nanterre) : Les animaux dans le paysage sonore des guerres grecques.

 

– Emmanuel Porte (ATER, doctorant, TELEMMe, CNRS-AMU) : Nuisances urbaines ou fenêtre sur un monde animal : Aboiements, hurlements et jappements canins dans les villes du XVIIIs.

Dans les villes d’Ancien Régime, les chiens sont omniprésents dans l’espace public. Face à la structuration des compétences policières et édilitaires au xviiie siècle, ces populations animales sont progressivement appréhendées comme des nuisances à encadrer. La dimension sonore est alors fondamentale. L’aboiement manifeste la présence des chiens dans la ville par-delà toute rencontre corporelle. Il la projette dans un environnement sensoriel qui transcende toute physicalité et motive l’intervention des polices. Mues par les plaintes de voisinages tout autant que par leurs propres représentations de l’idéal urbain, les municipalités s’appuient sur ces nuisances pour mener des actions de plus en plus répressives à l’encontre des animaux. Au-delà de cette valeur opérative, les vocalises canines offrent à l’historien une fenêtre sur les vécus animaux. Les procès-verbaux, les rapports de police décrivent ainsi des situations de rencontre qui laissent percevoir le rapport que ces animaux entretiennent avec les autres vivants, avec l’espace urbain. Tantôt signe d’une défense du territoire, tantôt modalité d’interaction, la déclinaison des vocalises canines – jappement, aboiement, hurlement – éclaire la conception animale d’un monde propre.

 

Romain Goudjil (ATER, docteur, LA3M, CNRS-AMU) : Des cris et des larmes, environnement sonore des juges byzantins (Xe-XVe s.)

Réfléchir à l’environnement sonore du prétoire byzantin est loin d’être aisé tant les sources judiciaires byzantines laissent peu de place à la description de l’état d’esprit des justiciables ou du juge, des débats entre le juge et les parties en litige, et a fortiori des incidents pouvant émailler les audiences. Pour autant, en quelques occasions, il nous est possible de percevoir des mots, des cris, des larmes produits par le justiciable byzantin devant son juge. Nous pouvons dès lors essayer de comprendre le sens de ces paroles et de ces bruits provoqués par l’émotion, et d’analyser leur impact sur la personne du juge lui-même et sur ces décisions. Les cris de colère d’une foule villageoise, les larmes des pénitents, les gémissements et les plaintes de celui qui subit une injustice sont autant de performances, dont il nous faut également évaluer le caractère spontané. Distinguer l’expression sincère et bruyante de certaines émotions, de la mise en scène réfléchie et préparée, nous permettra aussi de dévoiler certaines stratégies judiciaires employées par les Byzantins sur la scène judiciaire.

 

image : Thomas Rowlandson ,The Saw-Setter, (1780–1827, Londres)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Emmanuelle Torres (19 avril 2022). Séance #4 — 22/04/2022. Histoires d’écoutes. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1jx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search