Séance #5 — 20/05/2022

 

À l’écoute de l’Autre

 

Dans cette cinquième séance, nous nous pencherons sur l’impact de l’écoute dans le rapport à l’Autre. Qu’il soit l’ennemi, l’étranger, le voisin ou l’intime…, l’Autre est toujours perçu par les sens. Comme l’oreille est forgée par l’expérience, l’écoute de l’Autre n’est jamais neutre. On le découvre par sa voix, son élocution, son accent… que l’on juge d’après nos propres codes culturels. De fait, l’écoute est autant prise en compte, analyse et jugement de l’Autre. Ce processus obligé peut susciter un ressenti, une incompréhension, et installer, à terme, un préjugé bien pratique pour dresser un portrait pseudo-ethnographique. Depuis la Haute-Antiquité, la littérature historique brasse ainsi une foule de préjugés auditifs : le Barbare se perd en rugissements incompréhensibles, le Croisé parle sans discontinuer, le Byzantin est trop mielleux pour être honnête, le Chinois est hypocrite, la femme est une sirène dangeureuse… De fait, les évocations sonores de l’Autre révèlent un certain parti-pris qui peut moduler la description et son utilisation dans le récit. D’un autre côté, il faut reconnaître que l’expérience auditive n’est pas aisée à mettre en mots. La transcription d’un son est conditionnée par ce qui a été entendu, ce qui a été compris et ce que permet la langue écrite. La translittération et la transcription phonétique permettent ainsi de préserver certains échos de l’écoute. Une grande partie de cette auralité est assurément perdue dans cette étape de traduction transmédia, mais ces échos constituent bien souvent les seules traces d’une langue, d’un parler ou d’une sonorité perdue. 

 

Cette séance se tiendra en hybride, en salle Germaine Tillion et sur Zoom

ID de réunion : 892 8538 9337

Code secret : 245090

 

direction : Christine Gadrat-Ouerfelli, Marie-Emmanuelle Torres

 

Chloé Bonnet (doctorante, FRAMESPA, CNRS-Université de Perpignan Via-Domitia) : Entendre, voir, comprendre et transcrire : les notaires latins et les mots de leurs clients juifs. Catalogne et Roussillon, XIVe s.

Les registres de notaires médiévaux sont les derniers documents dans lesquels le son, la musique d’une langue semblent avoir leur place. Les actes de vente, de crédit, de mariages sont composés de formules fixes, en latin, inspirées du droit romain : une culture juridique, une culture de l’acte écrit. Mais les notaires de la Couronne d’Aragon doivent composer avec des clients bien particuliers. En effet, alors que les communautés juives ne représentent qu’une minorité, elles sont très représentées dans les registres des notaires. Pour ces clients, les notaires rédigent des actes de crédit établis avec des chrétiens, et recopient des documents notariés hébraïques. Ces actes écrits en latin comportent des mots hébreux, écrits sous la dictée dans une autre langue, depuis un autre alphabet. Si bien qu’il est parfois difficile de retrouver le terme hébreu derrière les altérations. Mais cette difficulté ne réduit en réduit en rien l’intérêt de ces transcriptions car celles-ci font entrevoir des sons et des prononciations propres à la catalogne médiévale. Ainsi, il s’agira dans cette communication de réfléchir à la présence de ces mots et sonorités étrangers, dans les textes de la pratique notariale.  On cherchera à comprendre comment les notaires chrétiens envisagent leurs clients juifs et composent avec les mots et concepts hébraïques, pour donner une forme latine à leurs documents. Ces actes particuliers, ni vraiment latins, ni vraiment juifs, sont particulièrement précieux pour comprendre les rapports quotidiens entre les communautés juives et chrétiennes dans le Royaume d’Aragon au Moyen Âge.

 

Sarah Nancy (MCF, FIRL, Université Sorbonne Nouvelle) : « La plupart des femmes aujourd’hui se laissent prendre par les oreilles ». L’imaginaire de l’écoute féminine en France au XVIIsiècle

Au XVIIe siècle, en France, de nombreux textes sur l’éloquence, le théâtre ou la musique semblent tenir pour acquis un rapport spécifique des femmes à l’écoute : un goût marqué pour le sonore, souvent assimilé à une faiblesse aux connotations érotiques. Comment analyser et comprendre ces discours dans la perspective d’une « histoire de l’auralité » ?

 

Mathilde Mougin (doctorante, TELEMMe, CNRS-AMU) : Le traitement de la langue de l’Autre dans les récits de voyage des XVI et XVIIe siècles : entre restitution, traduction et domination.

Dans leur entreprise ethnographique de restitution des sociétés rencontrées, les voyageurs s’emploient à rendre compte de la langue de l’Autre. Différentes stratégies sont mobilisées pour restituer l’idiome étranger, comme l’insertion de mots ou la conception de colloques et de dictionnaires. Jean de Léry (1578) tente même d’emporter un fragment d’oralité tupi en établissant la partition d’un chant entendu au cours de son séjour. Toutefois, ces dispositifs reflètent souvent un rapport de domination de l’Autre. L’Indien du colloque tupi de Jean de Léry, par exemple, devient une fiction légitimatrice d’une logique européenne d’exploitation des ressources locales. Quant aux mots turcs et persans insérés dans le récit de Tavernier au siècle suivant (1676), ils font l’objet d’une assimilation dans le texte français pour ne plus être, peut-être, qu’un marqueur d’exotisme. Cette intervention proposera donc d’étudier les différentes stratégies d’écriture de l’oralité (orthographe, prononciation, traduction) ainsi que leur portée idéologique.

image : William Schwenck Gilbert, “The Bab Ballads, with which are included Songs of a Savoyard” , London ; New York, Routledge, 1898, p. 46.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Emmanuelle Torres (17 mai 2022). Séance #5 — 20/05/2022. Histoires d’écoutes. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1jz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search