Séance #6 — 13/06/22

 

Remettre en écoute le passé : méthodes et perspectives

 

Dans cette 6e séance, nous écouterons (enfin !) ce que la reconstitution « historiquement informée » peut faire à la connaissance des pratiques sonores anciennes. Le son existe par le dispositif qui le produit, l’espace traversé par l’onde sonore et le corps qui l’écoute. Si, depuis longtemps déjà, il semble logique d’utiliser des instruments et des gestes anciens pour retrouver le son du passé, l’essor des reconstitutions numériques et de l’acoustique virtuelle laisse entrevoir une nouvelle façon de refaire sonner le passé. Cependant, l’expérience auditive est aussi conditionnée par les « façons d’entendre » de l’époque de création, et par les caractéristiques physiques de l’espace sonore (dimensions, matières, dispositifs acoustiques). Depuis l’Antiquité on connaît et on exploite ces jeux d’acoustiques pour créer des performances précises. La coupole sert de « projecteur sonore » qui amplifie et clarifie l’émission. Les surfaces réfléchissantes font à l’inverse tourner les voix sur tout l’édifice pour immerger l’assistance dans une communauté auditive. D’autres systèmes créent des trucages auditifs, pour écouter à distance ou faire résonner une voix divine invisible. Sans compter que les musiciens adaptent toujours en temps réel leur performance au feedback renvoyé par l’architecture… De fait, dans un espace nouveau (ou modifié), la performance sonore est radicalement différente, au point de perdre certains des effets auditifs, rendus inaudibles ou inintelligibles. Par conséquent, l’étude du soundscape et des pratiques sonores oblige à s’intéresser à l’espace d’expérience auditive. L’archéo-acoustique et l’archéo-lutherie requestionnent ainsi l’approche « historiquement informée » en intégrant l’écoute du bâtiment et du geste, par la reconstitution et par l’étude numérique. Cependant, l’écoute contemporaine du chercheur oscille toujours entre reconstitution historique et re-création. La connaissance du monde auditif ancien lui est toujours nécessaire.

 

Cette séance se tiendra en hybride, en salle Seurat (médiathèque MMSH) et sur Zoom

ID de réunion : 823 2885 5894

Code secret : 485748

 

direction : Marie-Emmanuelle Torres

 

– Sibylle Emerit (CR, HiSoMA, CNRS) : Sonder l’espace sonore antique : recherches sur le temple d’Hathor à Dendara

De nombreuses études ont été consacrées au patrimoine architectural de l’Égypte ancienne, mais la dimension sonore des monuments n’a jamais été appréhendée. Le site de Dendara, situé à 75 km au nord de Louqsor, offre un cas d’étude remarquable. Dans un état de conservation exceptionnel, il est dédié à Hathor, déesse de la « musique », de la « danse » et de l’« ivresse ». Les parois du temple principal portent de nombreuses représentations de musiciens, tandis que les textes nous renseignent sur l’usage des sons dans le culte. Un premier examen du décor et de la façon dont celui-ci a été mis en scène dans l’espace architectural a ouvert les pistes d’une analyse acoustique de l’édifice en 2017. Cette communication revient sur les diverses réflexions, tant épistémologiques que méthodologiques, qui ont donné naissance à ce projet d’archéo-acoustique mené aujourd’hui en étroite collaboration avec l’Institut français d’archéologie orientale, l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique et plusieurs équipes du CNRS (HiSoMA UMR 5189, IRAMAT UMR 7065 et la plateforme Archeovision d’Archéosciences Bordeaux UMR 6034).

 

– Julien Ferrando (MCF, PRISM, CNRS-AMU) : Réinterpréter la musique de l’ars nova dans son contexte acoustique historique : Le projet IMAPI EXPERIMENT.

Le projet IMAPI (Interprétation Musicale en Acoustique Patrimoniale Immersive) EXPERIMENT, a pour objectif de mener une étude en archéoacoustique dans le contexte du Palais des Papes d’Avignon (Avignon Tourisme Mairie d’Avignon). Il est issu de la collaboration entre le laboratoire PRISM (UMR 6071) CNRS Marseille, Le LAM (UMR 7190) Institut d’Alembert Sorbonne Université et de l’ensemble de Musique Diabolus in Musica de Tours. IMAPI, cherche à reconstruire l’environnement sonore du musicien du XIVe siècle, la recréation des gestes vocaux historiques et induire des nouvelles formes d’écoutes patrimoniales. À travers une plateforme numérique située au laboratoire PRISM de Marseille, l’expérimentation permet d’immerger en temps réel des musiciens dans l’acoustique reconstituée de la chapelle telle qu’elle pouvait sonner au milieu du XIVe siècle. Par cette immersion, l’interprétation induite dans un contexte acoustique historique, amène à produire une recherche en archéologie exploratoire du son. Elle est construite autour des polyphonies chantées dans la chapelle pontificale (c.1352-1362) à partir des manuscrits 16bis d’Apt et du codex d’Ivrea 115. L’originalité de cette recherche est de permettre, par l’interdisciplinarité, de mettre en action des protocoles d’études, d’hypothèses et de recherche tant en musicologie qu’en acoustique en lien étroit avec la pratique musicienne. C’est également l’occasion unique d’étudier le contexte sonore de l’Ars Nova et de la musique politique au temps des papes d’Avignon. Nous proposons à travers cette communication de présenter les premiers résultats recueillis auprès des musiciens autour de la question de la construction du geste musical dans une acoustique médiévale reconstituée et d’évoquer les principaux problèmes scientifiques qui apparaissent face à une reconstitution archéoacoustique.

 

– Clément Frouin (doctorant, CEMM, Université Paul Valéry) : « Yeu vi per cors anar, us joglaretz petitz ». Jongleur d’hier et d’aujourd’hui, problématiques et prises de parti.

Le titre de cette communication, qui signifie « j’ai vu aller par les cours, un petit jongleur », est issu d’un sirventes de Guiraud de Bornelh, cité dans « l’ensenhamen » au jongleur Abril issi’ e mays intrava de Raimon Vidal de Besalu. L’auteur raconte dans cette pièce occitane sa rencontre avec un jeune jongleur venu chercher des conseils auprès de lui. Nous proposons d’aller chercher dans les manuscrits, à notre tour, des conseils qui nous permettraient de réinterpréter aujourd’hui les musiques endormies de cette période en incluant un rapport à l’écoute. Car tenter de restituer le corpus musical d’un jongleur du Moyen Âge, c’est avant tout essayer de comprendre le rapport entre l’artiste et son auditoire, prendre ce dernier réellement en compte, afin de rendre le répertoire vivant plutôt que d’en faire un objet de muséographie. Après avoir réfléchi à la prise en compte de l’écoute dans les pratiques des musiques dites « historiquement informées », nous étudierons ce que les textes médiévaux nous apprennent sur les qualités requises par les jongleurs d’alors. Enfin, étayé par des extraits musicaux, nous envisagerons des solutions musicales qui prennent en compte l’auditoire et son écoute.

 

 

Crédit photographique : Palais des papes, avec l’aimable autorisation de Julien Ferrando


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Emmanuelle Torres (9 juin 2022). Séance #6 — 13/06/22. Histoires d’écoutes. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1k0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search